Court-métrage auvergnat - Maxime Pinchaud et son équipe ...

par Laurence SERRE (Marinier)  -  6 Septembre 2012, 21:16  -  #promotion pub locale

 

Je ne sais comment Maxime Pinchaud, jeune clermontois,

est arrivé jusqu'à mon blog, mais par un mail trés respectueux,

il m'a demandé si je pouvais parler de son projet de court métrage.

 

J'ai tout d'abord trouvé qu'il fallait

 encourager et aider des jeunes motivés et méritants,

et ensuite, ayant été sensibilisée de trés trés prés par cette maladie d'Alzheimer,

j'ai accepté de les aider.

 

fa.jpg

  

 

Court-métrage sur la maladie d’Alzheimer réalisé

 par des étudiants auvergnats

 

Maxime Pinchaud, un jeune étudiant auvergnat,

 prépare le tournage de son 3e court-métrage :

« Une impression de déjà-vu »

qui aura comme sujet la malade d’Alzheimer.

Un jour ou l’autre, on a tous entendu parler

 de cette maladie dans son entourage (amis, famille, …).

L’objectif de ce film est à travers cette histoire,

de raconter des milliers de drames silencieux

 dont on ne parle que trop peu.

C’est un moyen de changer le regard des gens sur les personnes

atteintes de la maladie d’Alzheimer …

 

Interview du réalisateur : Maxime Pinchaud

 

Pourquoi ce projet ? 

                « Oublier ses souvenirs, personne ne l’envisage

 avant de connaître un proche souffrant de la maladie d’Alzheimer.

Lorsqu’on est atteint de cette maladie,

il est douloureux d’être conscient que d’ici quelques mois ou quelques années,

 on va oublier tout ce qu’on a vécu, tous ceux qu’on a connus. »

 

Un enjeu personnel ?

                « J’ai moi-même connu une personne souffrant de la maladie d’Alzheimer et j'ai été particulièrement touché par sa force ainsi que par celle de ses proches qui combattent la maladie, jours après jours,

 afin de raviver un dernier souvenir, une dernière lueur d'espoir.

 Mais malgré toute cette conviction, la maladie progresse, irrémédiablement. »

 

Quand aura lieu le tournage ?

                « Le tournage est prévu pour le mois d’octobre 2012 en Auvergne. »

 

Quels sont les objectifs de ce film ?

                « La maladie d'Alzheimer gagne du terrain tous les ans

et chacun d'entre nous peut être concerné, du jour au lendemain.

Personne ne peut savoir de quoi demain sera fait.

 En réalisant ce film, nous ne faisons pas que raconter une histoire,

 nous racontons des milliers d'histoires, des milliers de drames silencieux

dont on ne parle que trop peu.

 Si ce film peut susciter ne serait-ce qu'une prise de conscience,

 une vision légèrement différente de la maladie,

 qu'un début d'intérêt chez les spectateurs qui l'auront vu,

alors, il aura rempli ses objectifs.

Nous serions fiers de pouvoir faire changer le regard des gens

 envers les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer

et de faire évoluer les choses, mais nous n’avons aucune prétention.

Nous ne pouvons lire l'avenir alors contentons-nous de le rendre réalisable. 

 

Quels sont vos partenaires ?

                « Nous travaillons en étroite collaboration

 avec des infirmières et avec l’association

France Alzheimer 63, qui a d'ailleurs décidé de nous apporter son soutien.

 Il nous a tout de suite paru évident que leurs connaissances, leur vécu

et leur ressenti étaient d'une valeur inestimable. 

Notre projet est également soutenu par les imprimeries Couty

et nous bénéficions de l’aide de la commission du film d’Auvergne »

 

Synopsis du film

 

Christian est un homme heureux.

 Il ne manque de rien, et ce qu’il a, il le partage avec une famille aimante.

Mais en se levant, un matin ordinaire,

 quelque chose annonce une journée  « pas comme les autres » :

l’absence inexpliquée d’une de ses filles, et la tristesse que l’autre lui cache.

 La situation ne s’améliore pas en sortant :

de regards en messes-basses, de la gêne à l’intimidation,

personne ne se comporte normalement lorsqu’il passe.

 Mais le doute l’assaille quand il voit son nom et celui de sa fille

sur un morceau de journal, accompagnés de ce mot : disparue.

Aussitôt, c’est la confiance de Christian qui disparaît,

et poursuivi par les questions et un paparazzi,

il cherche des réponses.

C’est dans sa mémoire qu’il finira par les trouver.

Une mémoire défaillante, éphémère,

qui le poussera à affronter le pire avatar de l’inconnu : lui-même. 

La Une du journal qu’il a trouvé indique que

 " L’acteur révélation de l’année, Christian, atteint de la maladie d’Alzheimer, perd ses derniers souvenirs d’acteur… " .

 

 

Le financement du court-métrage

 

Ce film sera co-produit de deux manières :

-  par des mécénats et des partenariats avec des entreprises locales

- par le biais du site TousCoProd en sollicitant les internautes !

 

Ce projet a été sélectionné pour figurer au catalogue du site ;

 l’équipe collecte donc actuellement des fonds par ce biais.

Il s’agit d’un site de production participative

 où chaque internaute peut participer au financement du film dès de 10 € !

 En échange de cet investissement,

 l'internaute bénéficie de nombreuses contreparties

(ex : le dvd du film offert, l’affiche du film, son nom au générique de fin,

une invitation à l’avant-première, une invitation sur le tournage et même de la figuration sur le film).

 

 Pour soutenir le projet,

rendez-vous sur la fiche

(un clic sur le lien ci dessous)

 « Une impression de déjà-vu » 

 sur le site TousCoProd 

 

et vous pouvez financer le film à partir de 10 euros seulement !

L’objectif est de récolter 2500 euros pour la production du film.

(un clic sur le lien ci-dessous) 

 Le site Internet du court-métrage

« Une impression de déjà-vu »

 

 

Zoom sur l’auteur-réalisateur :

 

                Maxime Pinchaud,

 titulaire d’un Bac scientifique mention « Très Bien »

du Lycée Jeanne d’Arc (Clermont-Ferrand)

est actuellement étudiant à l’Université Blaise Pascal. 

 

Depuis 2008, il est membre de la maison du film court

 et a déjà réalisé de nombreux reportages

et deux courts-métrages « Link Stars », et « L’espace d’un instant ».

 

Il est également l’auteur de la nouvelle « De la fiction à la réalité »

qui a remporté le prix du meilleur scénario

au concours « Plume de Science » en 2011.

jeanine et rené 08/09/2012 07:40


tres louables intentions , cette maladie est une horreur...bisous 

Laurence SERRE (Marinier) 08/09/2012 21:07



Pour certains mon blog peut apporter du plaisir, pour d'autres, ça peut apporter un service ... quand je peux aider !


oui, cette maladie est une horreur, je l'ai cotoyée pour un être cher chez moi, et ça m'a vraiment marquée, voire traumatisée.


Bisous René



Aln 07/09/2012 09:24


Bonne initiative!Je vais lire plus attentivement dans l'aprés _midi!

Laurence SERRE (Marinier) 08/09/2012 21:19



Il y a des fois où c'est trés facile de rendre service et de faire plaisir en meme temps.


Ces jeunes sont méritants.


Du coup, j'irai faire des photos "reportage" du tournage.


je les mettrai sur mon site (si je ne les râte pas !)



gigi43 07/09/2012 08:09


un beau projet.

Laurence SERRE (Marinier) 08/09/2012 21:24



oui, et sur un sujet trés grave mais malheureusement trop d'actualité ...


une horrible maladie


j'ai eu envie d'accepter ce coup de pouce que ce jeune Maxime me demandait.



Didier 85 06/09/2012 23:08


Une belle idée ce court métrage !


Il faut aider les jeunes qui ont des démarches de ce genre...


Bisous L@urence

Laurence SERRE (Marinier) 08/09/2012 21:28



tout à fait Didier oui !


merci


bisous et bonne nuit



kas 06/09/2012 23:03


une belle initiative


bravo à lui


et à toi

Laurence SERRE (Marinier) 08/09/2012 21:29



surtout à lui et à ceux qui travaillent avec lui


bisous Kas et bonne nuit